Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Comment le lac des Plagnes est devenu patagon.

Le dimanche 28 juillet, sur le coup de midi et demi, un groupe de vingt et trois individus investissent le lac des Plagnes à Abondance. Parmi eux des poètes du Cercle des Poètes Retrouvés (CPR) et du Cercle Littéraire et Artistique Léman Savoie (Clals).
Ils prennent d’abord soin de se restaurer en pique-niquant sur les bords de ce joli lac serti dans son  magnifique écrin de montagnes et de forêts.

Bientôt – il est un peu plus de 14h -, ils se rassemblent autour de celui qui semble leur meneur, lequel se déclare vice-consul et tout à trac, se tournant vers le lac, le déclare solennellement, ainsi que ses abords - «  au nom, je cite, de sa majesté Orélie-Antoine Ier, roi d’Araucanie et de Patagonie , an nom de Jean Raspail consul général de Patagonie » - territoire patagon. Dès lors, à dater de ce 28 juillet 2021 à 14h23, le lac des Plagnes, les pointes de Lens, des Lanches, de la Chavache, d’Ardens, des Follys constituent la Patagonie chablaisienne.

Alors la señora Marie-Jo Thabuis, faite citoyenne d’honneur de cette nouvelle région, peut déclarer ouvert « le premier festival international de poésie patagonne. »

Commence donc une déambulation autour du lac : six stations durant lesquelles les poètes - dont nos amies Sylvette et Solange - reçoivent les lettres patentes attestant leur qualité de citoyens d’honneur  de la région et sont invités à déclamer les textes qu’ils ont choisis pour la circonstance ; poèmes variés, lyriques pour les uns, teintés d’humour pour certains, chargés d’émotions pour d’autres.

En cours de chemin sont lus également des textes tirés de divers livres du romancier Jean Raspail ; hommage au fondateur de cette Patagonie littéraire qui servait de fil conducteur à cette jolie rencontre dans un cadre enchanteur. Un moment de grâce , consacré à la poésie et qui nous lavait pour  quelques heures des miasmes d’une période qui ne laisse guère de place au plaisir de l’insouciance.

Au terme de cette belle après-midi, sous un soleil généreux, les participants ont regagné leur patrie d’origine. Il ne fait guère de doute qu’ils se retrouveront avec plaisir l’an prochain sur les bords de ce lac, à moins qu’ils ne s’avisent d’étendre leur territoire de rêve et de liberté en annexant d’autres lieux à la Patagonie chablaisienne.

Le vice-consul autodésigné
                                     
Marcel Maillet


marcel maillet

Écrire un commentaire

Optionnel