Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Eldorado - Poème de Guillaume Riou

     ELDORADO

    Rencontre,
    égarés en terres inconnues
    hors des sentiers de Tendre... .

    Regards enracinés
    juste sous la surface du réel.

    Agrume sanguin pressé d'amour.

    Mon corps battant
    se découvre.

    Visage détendu
    dans ta poitrine-balancelle,
    j'entrevois – c'est nouveau -
    mes mains comme mains
    ma peau comme peau

    Je ne vis plus. J'existe !

    Le monde est à nous !
    Dressons notre propre carte !

    Guillaume Riou, poème écrit à l'occasion du Printemps des poètes de La Roche sur Foron en 2013.

    guillaume riou, carte, Tendre

    La Carte de Tendre ou Carte du Pays de Tendre
    (Source : http://fr.academic.ru/dic.nsf/frwiki/293909)

     

  • Le bateau sourd - Chanson d'Hervé Porcellini

     Le bateau sourd


    J'ai rapporté la poussière des chemins de la terre
    En vain car je n' t'ai pas retrouvée
    Je suis le bateau sourd qui erre par tous les temps
    Mes yeux grands ouverts crèvent la nuit.

    Pardonne-moi la mer de déchirer ta peau
    Mais il faudra bien que destin passe
    Je suis le bateau sourd qui erre par tous les temps
    Mes yeux grands ouverts crèvent la nuit.

    La mouette s'égosille au-dessus de ma tête
    Le dauphin m'invite à jouer avec lui
    Si d'aventure une sirène monte à bord je préfère
    La douceur de ta peau à ses écailles lisses
    La chaleur de ton ventre à ses grands yeux clairs.

    J'attends la vague folle qui me renversera
    L'écueil acéré qui m'ouvrira le flan
    Alors je boirai toutes les eaux de l'océan
    Et m'enfoncerai lentement dans ta tiédeur.

    Et mon cœur pour nous deux s'arrêtera de battre
    Et mes yeux refermés verront le dernier jour
    Ma main ne sondera plus les chimères.
     

    Hervé Porcellini, in Chansons naturelles sans additifs ni colorants.

     hervé porcellini,chanson,poesie


  • Cercle des poètes : revisiter la carte de Tendre - Article du Messager du 14 mars 2013

    printemps des poètes, la Roche sur Foron

  • Au hameau de grand coeur - Poème de Marie-Jo Thabuis

    AU HAMEAU DE GRAND CŒUR  
    (En son jardin, la rose)



    Je suis
    L’aube du bonheur
    Rosace accomplie
    Neuve épanouie,
    Perfection du cœur.

    Je suis,
    La métamorphose,
    Magie du matin
    En lacis divins,
    A peine déclose.

    Je suis,
    Le cadeau sublime
    Qui s’offre toujours
    Pour emplir d’amour
    Le poème intime.

    Je suis,
    Celle qui rayonne
    A l’astre levant
    Et qu’ange, rêvant,
    Tout moiré frissonne.

    Je suis
    Celle qui attend
    En un bouquet tendre
    Et se laisse prendre
    Aux assauts du temps.

    Je suis,
    Offerte ou donnée
    En gerbe d’amour
    Et cœur de velours
    Belle fleuronnée

    Je suis,
    Calice vermeil,
    Encensoir doré,
    Brise évaporée
    Aux rais du soleil.

    Je suis,
    Parfum sans pareil
    Du corps et de l’âme,
    Athanor et flamme
    En rouge appareil.

    Je suis,
    Gracieux sortilèges
    Au jardin bonheur
    Où sèchent mes pleurs
    Diaprés en leur piège.

    Je suis,
    La coupe idéale
    Aux perles de jour
    Qui suivent le cours
    D’un soyeux dédale.

    Je suis,
    L’abandon fragile
    Sous le doux zéphyr
    Bleutée de saphir
    Tant fraîche et gracile.

    Je suis,
    Celle que l’on cueille
    Avant tout regret
    Et meurt, au secret,
    En sa verte feuille.


    Marie-Jo Thabuis

     

    fleurs, poésie